Les Îles

Toutes plus belles les unes que les autres

  • © Yannick Deresnnes
  • © Xavier Dubois
  • © Pierre Torset
  • © Xavier Dubois
  • © Jacob Mathieu - Fotolia
  • © Ronan Gladu
  • Voir la photo Sein - phare
  • Voir la photo Molène-pêcheurs
  • Voir la photo île de Batz - chevaux
  • Voir la photo belle-île sauzon
  • Voir la photo bréhat
  • Voir la photo Houat - vélo

Si vous avez envie de partir loin de tout, et de laisser de côté votre quotidien, les îles bretonnes sont la destination qu’il vous faut. Qu’elles soient habitées ou non, délicatement fleuries ou sauvages, battues par les vents ou protégées par un climat doux, chacune est un monde à part. Pour quelques heures ou quelques jours, découvrez ces îles aux trésors.

Bréhat, l'île aux fleurs

Que de couleurs sur cette petite île de la côte nord ! Les agapanthes bleu violacé y côtoient le granit rose. Surnommée l’île aux fleurs, vous pourrez profiter de son microclimat très doux, qui a permis à de nombreuses plantes exotiques de s’y installer. Au printemps, vous ne manquerez pas d'entendre pépier quelques unes des  120 espèces d’oiseaux qui y vivent. Sur l’île sud, le bourg est entouré de maisonnettes avec des jardins clos, puis le paysage se fait de plus en plus sauvage à mesure que l’on avance sur l’île nord. Et l’on s’y déplace à pied, à vélo ou grâce au petit train de l’île, car les voitures y sont interdites.

Les Sept-Îles, réserve naturelle

Au large de Ploumanac’h, sur la côte de Granit Rose, l’archipel des Sept Îles est le paradis des oiseaux. Pour leur rendre visite, vous prendrez une vedette à l’embarcadère de Trestraou, pour une croisière de quelques heures. Profitez des sensations fortes qu’offre une sortie en mer : l’air frais, les embruns et le bruit des vagues. Classé Réserve naturelle, l’archipel abrite plus de 20 000 couples d’oiseaux marins : cormorans huppés, pingouins, fous de Bassan…  Tout au long du parcours, vous serez accompagnés par leurs cris. Une véritable fanfare. Peut-être même aurez-vous la chance de voir quelques phoques gris.

Île de Batz: un potager en mer

Au large de Roscoff, l’île de Batz est un véritable potager en mer. Très accueillante pour les touristes, elle a aussi su rester un lieu de travail et de vie très dynamique pour ses îliens. Les agriculteurs y cultivent des choux-fleurs, carottes, fenouil, et échalotes… qui ont une légère saveur iodée. D’où vient ce petit goût ? Du goémon, une algue que la mer fournit à profusion, et qui est utilisée comme engrais naturel. L’autre point fort de Batz est son microclimat doux, qui explique que tout y pousse, même les plantes exotiques ! Dans le jardin Georges Delaselle, véritable petit paradis romantique, sont réunies des plantes luxuriantes venues des quatre coins du monde.

Ouessant : au bout du monde

Vous êtes prêt à aller encore plus loin que tout au bout de la Bretagne ? Alors, embarquez en direction de l’île d’Ouessant. Les paysages y sont plein de caractère. Les hautes falaises affrontent les tempêtes, des moutons à tête noire bêlent dans les prairies vertes autour des maisons blanches, et les bruyères colorées embaument l’air. D’imposants phares dominent l’île. Ceux de la Jument et de Keréon ont été érigés en mer au prix d'incroyables efforts. Celui du Créac'h, l'un des plus puissants du monde, est peint de rayures blanches et noires, et semble vêtu d’une marinière.

Sein, à fleur d'océan

À Sein, l’aventure commence sur le bateau. Il atteint l’île en passant devant la Pointe du Raz et ses hautes falaises, et près du phare de la Vieille posé sur un caillou en pleine mer. L’île étroite, de seulement 1,8 kilomètre de long, émerge à peine de l’horizon. Pourtant, elle ne passe pas inaperçue : sur le port, les façades des maisons serrées les unes contre les autres sont peintes en rose, jaune ou bleu pastel. L’île est dominée par le grand phare de Sein, noir en haut et blanc en bas. Impossible d’oublier que l’on est sur une île : même si l’on ferme les yeux, on est assailli par le vent du large, par les parfums des embruns et le roulement des vagues sur les galets.

Archipel des Glénan, sensations tropicales

L’archipel des Glénan ressemble aux tropiques : sept îles entourées d’une eau transparente, des plages de sable blanc, et une végétation radieuse dont l’emblème est une jolie fleure blanche nommée Narcisse des Glénan. Pourtant, on est bien au sud du Finistère, au large de Concarneau. Resté sauvage, l’archipel ne propose aucun hébergement, mais il est possible d’y faire des excursions à la journée. Sur Saint-Nicolas, l’île principale, vous aurez le choix entre les plages, les balades… et pourquoi pas une initiation à l’École de voile des Glénan, reconnue au niveau mondial ? Ou une balade en bateau ?

Groix et ses curiosités naturelles

L’île de Groix, au large de Lorient, correspond en tout point à l’idée que l’on peut se faire d’une île bretonne. Des bateaux de pêche, de typiques petites maisons peintes en blanc, des bistrots conviviaux, et une nature pleine de curiosités. Parcourez l’île depuis l’est, avec ses plages et ses bosquets, jusqu’à l’ouest, plus sauvage et escarpé. Et bien sûr, profitez de ses superbes et surprenantes plages : celle de Poulziorec ressemble à un lagon, celle des Grands-Sables est convexe et se déplace d’une dizaine de mètres par an, et celle des Sables-Rouges est teintée par du grenat.

Île aux Moines, au cœur du Golfe du Morbihan

Pas moins de 42 îles sont réparties dans le Golfe du Morbihan, sur la côte sud de la Bretagne, et donnent à cette véritable Petite mer des paysages magnifiques. Ajoutez à cela un microclimat doux, une végétation fleurie et la couleur bleu azur de l’eau, et vous saurez pourquoi il fait bon se balader dans le Golfe du Morbihan. Un bon moyen de le découvrir est de visiter l’île aux Moines, la plus grande du Golfe. Vous pourrez parcourir à pied ou à vélo les ruelles fleuries du vieux bourg, puis laisser derrière vous les maisons de pêcheurs et continuer en direction du Bois d’Amour et des collines couvertes de bruyères.

Houat et Hoëdic, calmes et sauvages

À l’extérieur du Golfe du Morbihan, les petites îles de Houat et Hoëdic sont très proches l’une de l’autre. D’ailleurs, Houat et Hoëdic signifient en breton : canard et caneton. À Houat, la visite commence par le port animé, où les bateaux de pêche colorés ramènent poissons et crustacés. Puis l’on monte vers le bourg et ses maisons blanches à volets bleus. Derrière, c’est la nature sauvage traversée par d’étroits sentiers. Quant à Hoëdic, le calme, les fleurs colorées et délicates et des températures douces y règnent en maître.

Belle-Île-en-Mer porte si bien son nom

Belle-Île, la plus grande des îles bretonnes, porte très bien son nom et mérite bien que vous vous y arrêtiez plusieurs jours. Sur les ports de Palais et de Sauzon, les pimpantes maisons colorées font face aux bateaux de pêche. Quel contraste avec la côte sauvage et ses falaises déchiquetées ! Ne manquez pas la pointe des Poulains, surmontée d’un sémaphore blanc et reliée au reste de l’île par une digue au ras de l’eau. Autre paysage saisissant : les Aiguilles de Port-Coton, de grands rochers semblables à des piliers qui relieraient la mer et le ciel.

haut de page